L’équilibre alimentaire

Texte

Les sept groupes pour l'équilibre alimentaire

Texte

Adapter son alimentation selon son âge, son mode de vie et son budget, adopter et conserver des habitudes alimentaires satisfaisantes tout en se faisant plaisir, tel est l’objectif ! Comment ? En suivant quelques règles simples de diététique.

Pour fonctionner, notre organisme a besoin d'eau et de nutriments. Il n'existe pas d'aliment parfait : aucun ne peut à lui seul apporter tous les nutriments essentiels à notre corps. Pour couvrir nos besoins, il suffit de suivre les recommandations du PNNS (Programme National Nutrition Santé) en piochant chaque jour dans les 7 groupes d'aliments identifiés par une assiette de couleur différente : céréales et dérivés, pommes de terre et légumes secs (marron) ; viandes, poissons et œufs (rouge) ; légumes et fruits (vert) ; produits laitiers (bleu) ; produits sucrés (rose) ; boissons (gris) ; matières grasses (jaune). 

Gardez en tête que l'équilibre alimentaire ne se fait pas forcément sur un repas, ni même sur une journée, mais sur plusieurs jours, voire une semaine. En France, la viande et le poisson sont souvent consommés au sein d'un plat complet avec des légumes et des féculents, ce qui peut favoriser la variété des repas et la présence d'un grand nombre de groupes d'aliments.

Maintenir des repas structurés

La composition et la régularité des repas contribuent à la construction de l’équilibre garantissant, à la fois, une quantité suffisante d'énergie et la variété alimentaire. Pour assurer une assimilation optimale des nutriments par votre corps, il est conseillé de répartir notre prise alimentaire en 3 ou 4 repas dans la journée. Mais le plus important est de respecter notre rythme biologique : nous éviterons d’autant mieux ces petites fringales qui conduisent au grignotage.

Une palette de morceaux

Bœuf, veau, agneau, porc, produits tripiers, viande chevaline : la viande, c'est plus de 100 morceaux à déguster ! La teneur en lipides des viandes varie selon les morceaux et pas uniquement selon l'espèce. Ainsi, pour la viande de bœuf, la majorité des morceaux contient moins de 6% de lipides. Par ailleurs, il faut savoir que les viandes apportent non seulement des protéines et du fer, mais aussi du zinc, du sélénium et des vitamines du groupe B (B6 et B12).

Adapter les quantités

Autour de la table, tout le monde n'a pas le même appétit, les mêmes besoins nutritionnels, les mêmes goûts... aussi, pensez à adapter les portions en fonction de l'âge et du niveau d'activité physique de chacun.

Manger équilibré ne signifie pas faire un régime… ou se priver à tout jamais de frites ou de chocolat ! 

La règle est de compenser : si vous avez envie de frites, évitez de consommer dans la même journée d’autres aliments gras. Un petit carré de chocolat avec le café ne peut pas vous faire de mal si vous n’avez pas pris un dessert très riche juste avant ! Aucun aliment n’est mauvais pour notre équilibre ou notre santé. Évitons juste les excès dans un sens – trop de – ou dans l’autre – pas assez de – : ils risquent d’avoir des conséquences défavorables sur notre organisme.

Il est aujourd'hui bien démontré qu’une alimentation excessive, même variée, peut favoriser l’apparition de certaines pathologies à long terme (obésité…). La diversité ne suffit pas à elle seule à éviter le surpoids. À l’opposé, négliger trop longtemps certains groupes d’aliments peut aboutir à des carences.

Texte

Bouger

L’exercice physique, qui mobilise nos muscles, régule notre appétit, accroît nos dépenses énergétiques et permet d’éviter le stockage des graisses, est un bienfait pour notre corps autant qu’une source de détente pour notre esprit. Alors marchons, bougeons… Ça aussi, c’est bon pour notre équilibre !