La Vache Verte

Texte

Vache verte, l'équilibre est dans le pré

Le mouvement Vache Verte

Les éleveurs de ruminants français, fédérés par la Confédération Nationale de l’Elevage (CNE), lancent le mouvement national Vache Verte et son Livre Vert, visant à sensibiliser les citoyens au rôle fondamental de leur activité dans l’équilibre environnemental du territoire en France.

En cette année 2015 placée sous le signe des négociations dans la lutte contre le changement climatique (COP 21), cette démarche vient appuyer l’engagement des éleveurs de ruminants.

Parce que l’équilibre est dans le pré, tous ont aujourd’hui une réelle volonté de faire connaître leur savoir-faire et leurs pratiques en matière d’élevage et d’environnement.

Le but de cet évènement ? Rappeler d’une part au public que les éleveurs français et leurs troupeaux participent au maintien, à la préservation et à l’entretien des milieux naturels et des territoires, entretiennent les paysages et rendent de nombreux services nécessaires à la vitalité rurale, au patrimoine et à la gastronomie. Et d’autre part rappeler qu’ils créent de l’emploi.

 

Concrètement, que va-t-il se passer ?

Le premier rendez-vous de la Vache Verte avec le public prend naissance sur le site www.vacheverte.fr où seront disponibles un Livre Vert et sa traduction vidéo. Le Livre Vert vient asseoir le message positif porté par les éleveurs de ruminants. Il présente les atouts naturels des élevages, montre les pratiques et savoir-faire ainsi que les engagements des éleveurs notamment pour le climat, sur base de témoignages et chiffres clés. Il met également en lumière l’ensemble des services rendus par les élevages dans les territoires.

Dès le début de l’été, le public pourra aussi retrouver la Vache Verte dans les paysages de toute la France. 

 

1/ L’élevage de ruminants, des atouts structurels pour l’environnement

L’élevage français est historiquement réparti sur l’ensemble du territoire national et possède la caractéristique d’être très autonome.
Parce que les éleveurs produisent la majeure partie de l’alimentation du troupeau sur les parcelles de l’exploitation et valorisent les déjections comme engrais, cela permet de limiter les achats d’aliments et d’engrais, c’est-à-dire moins de transport et une meilleure utilisation des ressources de la ferme et du territoire.

2/ Des pratiques environnementales qui évoluent constamment

Grâce aux progrès techniques (instituts techniques ou de recherche), les éleveurs suivent de mieux en mieux la santé et l'alimentation de leurs troupeaux, et ont optimisé la valorisation des fumiers et lisiers pour ainsi réduire l'utilisation d'engrais chimiques.
De plus, La Charte des bonnes pratiques d’élevage a été mise en place en 1999 pour aider les éleveurs à progresser dans leurs pratiques et à répondre aux attentes de leurs partenaires et des citoyens (comme par exemple le bien-être des animaux ou la préservation de l'eau).
77% des bovins élevés en France et 92 % du lait produit sont issus d’exploitations chartées.

Vache verte, l'équilibre est dans le prés

3/ Les engagements pour le climat

En élevage, 3 types de gaz à effet de serre sont émis : le méthane (lié à la digestion et la fermentation entérique), le protoxyde d’azote (stockage des déjections et de l’épandage des engrais minéraux et organique) et le dioxyde de carbone (liés à l’utilisation d’énergie) sur l’exploitation. Mais, l’élevage est aussi un puits de carbone avec ses prairies et ses haies qui compensent 30% des émissions.
Depuis 10 ans, les éleveurs ont engagé avec les instituts techniques des études pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Ces dernières ont d’ailleurs diminué en élevage de 14% depuis 1990. Ils poursuivent leurs efforts en mettant en place des plans de réduction des émissions pour les 10 années à venir.
Les éleveurs sont également producteurs d'énergies renouvelables (panneaux solaires sur les bâtiments par exemple).

4/ Les élevages rendent des services aux territoires

Au-delà de la fourniture de denrées alimentaires de qualité, les services que fournissent les éleveurs témoignent de la richesse de leur métier et de la nécessité du maintien de leur activité pour nos territoires. Ils produisent des paysages, de la biodiversité, de l’emploi, du dynamisme rural, du tourisme...

Texte

Le mouvement Vache Verte est porté par la Confédération Nationale de l’Elevage (CNE) qui représente les éleveurs de ruminants français, avec l’appui technique des filières lait et viande.

A propos de la CNE
La Confédération Nationale de l’Élevage, fédère les organisations professionnelles syndicales, techniques et coopératives de l’élevage. La CNE est notamment l’initiatrice et le porteur de la Charte des Bonnes Pratiques d’Élevage qui compte 90 000 éleveurs de bovins adhérents, qu’ils soient producteurs de lait ou producteurs de viande. www.charte-elevage.fr